accueil
l portfolio l expositions l atelier l contact


 

François Mauplot est né en 1956 à Vincennes en région parisienne. C'est vers l'age de 8 ou 10 ans que, suivant l'exemple de son père artiste, il s'initie à la peinture et au modelage. En 1972, la famille s'installe en pleine nature sous le soleil de Provence, à Saint-Jeannet, dans les Alpes-Maritimes. C'est à partir de ces années que François Mauplot commence la pratique de la photographie, il éduque son regard au cadrage et à la couleur. Ces années seront capitales dans son apprentissage artistique et influenceront tout son travail de peintre dans les années qui suivront. En 1980 il décide de partir travailler à Paris où il va exercer le métier de décorateur. En 1982 Le Musée des Arts Décoratifs de Paris organise une grande rétrospective de l'ouvre graphique de Tommy Ungerer et en particulier son travail de peintre. Cette exposition va être un véritable facteur déclenchant pour le futur travail de peintre de François Mauplot. Il y découvre des paysages industriels, des friches, des objets délaissés qui vont par la suite lui servir de source d'inspiration.
Il décide alors de se mettre sans tarder à la peinture et entame une première série de dessins sur papier à l'encre et à la gouache. Ce sera le début d'un long parcours de recherches avec l'oil de l'archéologue qui fouille notre environnement à l'affût du moindre indice que tout un chacun ne relèverait pas. Très vite la surface qu'offrent les papiers devient trop petite pour exprimer les nouvelles recherches et c'est la toile qui permettra d'affirmer un style réaliste. Les peintres qu'il admire à cette époque sont Peter KLASEN, Sandorfi,la Figuration Narrative et les hyperréalistes en général.

Depuis plusieurs années  son regard se porte  sur l’œuvre de Pierre  Soulage dont les noirs sont une source d’émotion exceptionnelle,  il a aussi un immense intérêt  pour les travaux de Richard Serra, Hassan Massoudy, Fabienne Verdier et bien d’autre.


 



 

 

 

 

Dès 1983 les fûts métalliques deviennent le sujet principal de son travail, les toiles sont envahies de cylindres de toutes les couleurs, c'est la période des « citées bidons ». François Mauplot travaille durant presque dix années sur le thème des bidons, il en explore tous les recoins, du clair obscur au détail devenant presque abstrait. Les fûts métalliques seront associés à partir de 1989 à un élément qui deviendra peu à peu le sujet principal de son travail : les galets. Les toiles deviennent des « fragments de paysages » auxquels sont associés des témoins abandonnés de notre société de consommation.

Depuis 1990, François Mauplot poursuit des recherches sur le temps . Le temps virtuel, que notre perception d'humain rend inaccessible est géologique, immense, c'est le temps de la terre et le temps humain que chaque jour rend un peu plus perceptible, érodant inexorablement ce que l'homme construit. Le retour en Provence où il vit depuis 1994 modifie en profondeur son regard et apportera couleurs et lumière à tout son travail. François Mauplot est en quelque sorte un obsessionnel, il repousse le plus loin possible les limites de ses recherches plastiques, sa technique évolue au fur et à mesure des défis qu'il se lance, des messages qu'il veut transmettre. Il déniche le « beau » de simples galets sur lesquels nous n'aurions que posé les pieds. Ses champs d'herbes sont autant d'occasions de s'évader dans un monde tout à la fois réaliste et poétique.

Depuis bientôt trois ans François Mauplot explore d’autre forme de représentation du temps. Comme il n’y a pas de couleurs au temps F.Mauplot recherche la lumière des noirs et laisse sur le support des traces d’encre qui trouvent leur origine dans la représentation du menhir.